Dernières infos, articles à lire, etc.

Où en êtes-vous sur votre chemin ?

Où en êtes-vous sur votre chemin ?

Nous sommes au mois de mai et je ne vous ai pas écrit depuis bien longtemps !
Il est vrai qu’en plus des coachings réguliers, j’ai été occupée à construire mon propre chemin pour mieux vous accompagner, en allant plus en profondeur (au sens propre comme au figuré, vous allez voir !).
Si de nouvelles perspectives très réjouissantes se dessinent, il est bon de temps en temps de faire le point, comme lorsqu’on arrive à une étape sur un chemin de randonnée et qu’on s’accorde une petite pause pour mieux repartir.
Un premier quart de l’année vient de s’écouler (déjà?), c’est le printemps, des graines ont été semées et les premières pousses se montrent déjà depuis quelques semaines. C’est le moment idéal pour prendre le temps de regarder ce qui est.

Voici une fois de plus quelques questions pour vous aider à prendre conscience de tout cela :
– De quoi votre chemin a-t-il été jalonné dernièrement ?
– Quelles graines avez-vous déjà semées ?
– Quels sont les défis que vous avez déjà relevés ? Quels sont ceux qui vous attendent ?
– Quel thème se dessine pour vous d’ores et déjà, en lien avec votre projet professionnel ou de vie?
– Qu’avez-vous accompli et qui vous réjouit particulièrement ? Avez-vous pris le temps de marquer ces victoires pour bien les ancrer en vous et comment ?
– Quelles nouvelles personnes sont rentrées dans vos différents cercles de vie (professionnel, amical, familial…) ? Quelle est la caractéristique commune de ces nouvelles personnes ?
– Avez-vous une ou des idées qui reviennent sans cesse dans votre esprit, en lien avec vos projets, comment les accueillez-vous et surtout comment allez-vous les concrétiser ?
– Avez-vous repéré les ingrédients qui sont moteurs dans vos journées ou vos semaines ? Prenez-vous le temps de leur faire une place de choix dans votre vie ?

Lire la suite Lire la suite

Combien de temps encore allez-vous négocier avec votre âme ?

Combien de temps encore allez-vous négocier avec votre âme ?

 

« Mais comment trouves-tu le temps de faire tout ça ??? », s’exclamait récemment une de mes amies Facebook, en réaction à un de mes posts où je parlais de mes découvertes en technique violonistique.
Il est vrai que je m’intéresse à beaucoup de choses et que je m’applique aujourd’hui à les vivre autant que possible. Même si je ne peux quand même pas tout faire, je ne fais plus de concessions sur l’essentiel.
Et il se trouve que mon essentiel est multiple.

 

Sa remarque m’a donc inspirée toute une réflexion. Merci Aline. 🙂
Effectivement je suis très organisée, j’ai appris à l’être en fait. Bon parfois y’a des couacs aussi ! Parce que je suis maman de trois enfants, dont j’ai la responsabilité seule la majeure partie du temps, habitant en milieu semi-rural (ce qui implique de nombreux déplacements dès qu’on veut faire la moindre activité) ?

 

Je pense plutôt que derrière tout cela, il y a une question d’âme.
J’ai dû apprendre à faire la place à la mienne.

 

Ouh la, je vous vois réagir : « ça y est elle va nous servir un truc ésotérique ! »
Eh bien pas du tout, c’est très sérieux et concret.
En fait, comme de nombreuses mères avant moi et comme je l’avais fait avant pour mon travail, je me suis dédiée entièrement à mes enfants et ma famille à leur naissance, voulant offrir le meilleur. Je m’y suis aussi perdue.
Même si j’ai connu ainsi de grands bonheurs, je n’avais malheureusement pas pris garde à nourrir correctement mon âme, trop occupée à nourrir mes enfants et tous les gens autour de moi d’ailleurs. Cela m’a valu un burn-out et une dépression, desquels il m’a fallu me reconstruire il y a une dizaine d’années. Et ça a pris une certain temps, qui paraît très long quand on le traverse et quand ça fait mal.

 

Pour l’anecdote et pour revenir au violon, à cette période j’ai eu envie d’en rejouer. J’ai donc sorti mon vieux violon qui dormait depuis longtemps dans son étui et ai commencé par vouloir l’accorder. Or, j’ai trop tiré sur les chevilles, si bien que cordes et chevalet ont cassé et une partie du bois de la table s’est fendu.  Exit l’expression musicale ! Ce n’est que deux ans plus tard que j’ai pu le confier à un luthier (merci François-Xavier) qui me l’a bien réparé. Il m’a avoué que l’âme du violon (petite pièce de bois essentielle, cachée à l’intérieur et qui permet à l’instrument de résonner en transmettant les vibrations !) avait été légèrement fêlée, mais était restée intacte. Tiens donc ! 😉

 

Aujourd’hui je sais que la vie m’a fait un beau cadeau, car cette expérience douloureuse m’a obligée à renouer avec qui j’étais au fond de moi sans concession possible sur ce point.
Ainsi, je l’ai découvert petit à petit, mon âme est sensible, elle adore ce qui est beau et aime s’émerveiller. Elle est exigeante aussi et ambitieuse, dans le sens qu’elle aime apprendre et se dépasser, aller voir ce qui se cache derrière la colline…  Entre autre aussi, elle est très curieuse de la diversité que la vie a à offrir et aime vibrer (d’où l’importance de la musique dans ma vie). Elle s’intéresse aux autres, d’autant plus qu’elle se sent dans l’équilibre.
Bref, elle est ce qu’elle est et est ainsi faite, c’est la mienne.

 

Que de temps perdu à négocier avec elle ! Pour être raisonnable ? Pour avancer sur des chemins tout tracés ? Pour être aimée par les autres ? Pour être parfaite ? etc…
Au final, je ne pense pas qu’on puisse gagner à la lutte contre son âme.
Je ne pense pas que l’on puisse non plus fonctionner correctement en tant qu’être humain sans prendre garde à la nourrir correctement, de la même manière que notre corps a besoin de la nourriture qui lui convient. Certes on est adaptable, mais si les concessions sont trop grandes, elle va pas aimer du tout et elle va le faire savoir !

 

J’ai donc réalisé que tout ce qu’on appelle communément les loisirs ou les activités extra-professionnelles étaient en fait beaucoup plus importants que ce qu’on s’autorise à voir. Quand j’ai un CV entre les mains, c’est ce que je regarde en premier. Tout simplement parce que c’est là que l’âme des personnes s’exprime au naturel, sans enjeu autre que celui d’être soi.

 

Quand une âme est bien nourrie parce qu’on lui fait vivre ce à quoi elle aspire, la personne à qui elle appartient est bien plus apte à fonctionner au quotidien, dans son travail et dans ses relations. Elle peut prendre pleinement sa place, apporter sa contribution vers l’extérieur. Sans cela elle occupe une grande partie de son énergie à essayer de se protéger face à tout ce qui  ne lui convient pas. Elle ne vibre pas ou plus, comme une voix qui cherche à s’exprimer tout en s’étouffant systématiquement, et c’est bien dommage.

 

Alors comment nourrir son âme quand on en a perdu l’habitude ?

 

C’est une véritable chasse aux trésors, mais la bonne nouvelle c’est qu’en fait les indices sont nombreux.

 

Voici trois pistes à explorer :

Vous rappelez-vous de ce que vous aimiez faire enfant et à quoi vous pouviez jouer pendant des heures ? En ce qui me concerne j’adorais courir en montagne. Imaginez le bonheur que j’ai ressenti lors de ma première course de trail. 🙂
Et si vous essayiez de renouer avec vos sensations d’enfant, juste un peu pour voir… ?

 

Nous avons tous des activités qui nous donnent de l’énergie, qui nous apaisent, qui font que quand on s’y adonne, on oublie le temps qui passe. Pour certains ce sera dessiner, pour d’autres cueillir des plantes sauvages sur les chemins, que sais-je. Quand on les fait, on a l’impression de se reconnecter à soi. Cherchez bien, vous en faites déjà certainement quelques-unes régulièrement. Eh bien je vous invite à rechercher sciemment tous ces moments spéciaux.

 

Enfin, êtes-vous attentifs aux « petits chemins » qui vous appellent ? Vous savez parfois cette phrase dans ce livre qu’on vous a prêté, ce reportage sur un sujet jusqu’ici inconnu, cette conversation avec la voisine, qui vous interpellent et auxquels vous ne prêtez finalement pas cas. Et si vous osiez vous demander pourquoi ça résonne en vous ? Si vous cherchiez à en savoir plus ? Si vous osiez tout simplement emprunter ce petit chemin… juste pour voir où il vous mène…

 

Et si sur ce chemin vous ressentez le besoin que quelqu’un vous tienne la lampe de poche pour y voir plus clair, je vous accompagne volontiers. 🙂

 

Sylvie Filipski,
Coach professionnelle multilingue, certifiée ICF
www.perspektives.fr
Le coaching pour trouver votre voie professionnelle, naturellement.

Plusieurs formules vous attendent, avec des coachings ponctuels à la carte ou des accompagnements en forfaits de 3 à 10h..

 

 

Prendre sa place en changeant son regard sur soi.

Prendre sa place en changeant son regard sur soi.

 

Connaissez-vous ce sentiment de ne pas vous sentir à votre place professionnellement parlant?
Ou bien encore de redoubler d’efforts dans votre activité au quotidien, et pourtant de ne jamais vous sentir reconnu-e dans qui vous êtes ?

 

Votre supérieur hiérarchique a encore eu une grande idée pour développer le service qu’il dirige et le voici en train de vous donner un tas de directives au point que vous vous sentez déjà crouler sous la tâche. Vous en avez plus que marre de vous sentir comme le larbin de service ! Vous savez que ce qu’il ou elle vous demande n’est pas faisable dans le temps imparti et vous êtes en colère.  Il/elle n’est tellement pas organisé-e que vous passez votre temps à cadrer ses projets.

Mais avez-vous pensé à vous regarder de plus près et à reconnaître vos talents et tout ce que vous permettez au quotidien ?

Lire la suite Lire la suite

Accompagner les autres, une histoire de posture. Lumière sur le coaching.

Accompagner les autres, une histoire de posture. Lumière sur le coaching.

 

Je me rends compte que je suis régulièrement approchée et questionnée au sujet de la posture d’accompagnant et bien sûr celle de coach. Il y a les personnes qui veulent simplement comprendre ce qu’est le coaching et en quoi il se différencie des autres manières d’accompagner, celles qui elles-mêmes font une activité dans laquelle elles sont amenées à accompagner d’autres personnes et qui ne sont pas à l’aise avec leur façon de travailler, et puis il y a ceux qui sont attirés par le métier de coach ou qui sont en train de faire une formation au coaching et qui se posent des questions au sujet de ce qu’ils y vivent.

 

Ces personnes ont en commun de se questionner sur la manière d’accompagner les autres et c’est très positif. Elles veulent trouver un moyen de se positionner qui permet aux autres d’avancer tout en restant fidèles à qui elles sont.

 

En effet trouver la bonne posture pour soi et pour les autres est quelque chose de très important pour faire un travail efficace et respectueux, de même qu’utiliser la posture qui correspond à ce que l’on souhaite être.
Je suis particulièrement sensible à ces questions.

 

Aujourd’hui le coaching interpelle, c’est un mot qui laisse rarement indifférent, qui véhicule des représentations tout autant positives que négatives et surtout très différentes.
Avez-vous vous aussi l’impression de ne pas bien comprendre ce qu’est le coaching et comment s’y retrouver ? En quoi se différencie-t-il des autres métiers de l’accompagnement ?
Je vais vous apporter quelques éclairages issus de ma pratique, selon ma propre vision, sur un sujet bien plus vaste et complexe.

Lire la suite Lire la suite

Retour sur le Festival pour l’école de la vie 2018 et ce qu’il a permis

Retour sur le Festival pour l’école de la vie 2018 et ce qu’il a permis

Pour la 2ème année consécutive PerspeKtives était présente sur le Festival pour l’école de la vie, qui a eu lieu à Montpellier du 21 au 23 septembre.
Portée par un environnement particulièrement agréable dans le parc naturel du Château de Flaugergues, il est vrai que l’ambiance est plus que propice à la créativité et aux rencontres. Ainsi c’est à nouveau avec grand plaisir que j’y ai tenu un stand, assistée (et il le fallait bien !) par Nadine, toujours fidèle au poste, et cette année Estelle, qui découvrait le Festival. Toutes deux ont été là pour accueillir nos visiteurs et leurs interrogations en mettant leur sensibilité et leurs propres expériences à disposition si besoin. Elles m’ont également été d’un grand soutien pour installer et ranger le stand, tout comme Elsa, et puis Jean-Michel et Sylvie, bénévoles sur le Festival. J’en profite pour adresser un grand merci à toutes ces personnes, sans oublier Catherine, pour la préparation  . Un beau travail d’équipe pour trois jours emplis d’une humanité qui revigore.

Il est vrai que j’aime accueillir ce concentré de diversité avec toutes ces rencontres sur le stand ou ailleurs, ces histoires qui se croisent sans forcément se rencontrer (parfois si d’ailleurs !), qui se ressemblent sans se ressembler, la magie qui opère quand on offre un espace d’expression authentique. C’est vraiment l’école de la vie !

Et il s’en passe des choses…

Lire la suite Lire la suite

Votre environnement est-il à votre service…  … ou bien êtes-vous au service de votre environnement ?

Votre environnement est-il à votre service…  … ou bien êtes-vous au service de votre environnement ?

C’est la question que je me suis posée récemment, alors que je me sentais plus stressée que d’habitude à l’idée d’aller vers de nouveaux projets. A l’aide d’une collègue (merci Catherine!), j’ai réalisé que mon environnement de travail était en fait encombré. Certes, un encombrement invisible, consistant en quelques objets qui s’étaient invités au fil des mois sur mes étagères, des dossiers non classés et du retard dans ma to-do liste, mais tout de même suffisant pour me freiner dans mon élan.

J’ai donc décidé qu’un rangement de fond s’imposait, non pas juste pour ranger, comme je le faisais habituellement, mais dans l’idée que l’organisation de mon environnement de travail (mon bureau donc) soit au service de mon travail et donc aussi de mes clients. Cela m’a permis de réfléchir aux gestes que je faisais habituellement, de simplifier tout ça et après avoir fait pas mal de vide en jetant un certain nombres de papiers, de laisser libre cours à ma créativité pour décorer avec plaisir et un brin de malice .

Ce qui m’a marquée, c’est que je n’ai rien ajouté dans cette pièce, tout était déjà là, Certains objets étaient même bien cachés dans mes tiroirs ou derrière des meubles, alors que finalement ils sont soit essentiels pour mon travail, soit une belle expression de celui-ci.

Lire la suite Lire la suite

Quel est votre pas décisif ?

Quel est votre pas décisif ?

 

Quand on souhaite aller vers ses rêves, on a souvent l’impression que le chemin est tellement lointain, qu’on va devoir faire énormément d’efforts, que cela va être long et pénible.
Et si c’était bien plus simple que ça en fait ?
Aller vers ses rêves et ce qui nous correspond n’est pas de l’ordre de l’effort ni du faire.
C’est en fait une décision.
On pense que cela se situe dans un futur nébuleux et lointain, que nous avons de cesse de repousser avec maintes excuses plus ou moins importantes. « Un jour quand j’aurai terminé mes études, quand j’aurai fini d’arranger ma maison, quand mes enfants seront grands, quand j’aurai classé mes papiers… ». Vous vous reconnaissez ? 🙂

Lire la suite Lire la suite

Demandeurs d’emploi ou porteurs/offreurs de compétences en évolution ?

Demandeurs d’emploi ou porteurs/offreurs de compétences en évolution ?

 

Parmi les personnes que j’accompagne en quête de leur voie professionnelle, certains bien sûr sont demandeurs d’emploi et nombreux l’ont été à un moment de leur parcours. Parfois je les rencontre de manière concentrée, au cours de forums de l’emploi par exemple.
J’ai envie de vous faire part de ce que ma pratique et mon expérience personnelle aussi m’inspirent à ce sujet, et de vous emmener comme souvent vers un changement de perspective. 🙂

 

Et si, pour bien employer les personnes, il s’agissait d’abord de bien employer les mots ?!
Pour en avoir une vision plus porteuse de solutions j’entends.

 

Traverser une période de « chômage » est rarement vécu de manière positive, c’est une étape souvent redoutée par la plupart d’entre nous.
Dans l’imaginaire collectif, elle correspond à un moment de vide, où il manque quelque chose d’important : le travail, qui n’est plus à notre portée. Et au-delà du travail, la rémunération qui risque bientôt de disparaître. Tout ça alors qu’on est pourtant encore en pleine possession de ses capacités. S’installe alors une sensation de privation, voire de punition, mêlée à une grande dévalorisation, quand cela dure trop longtemps. Sans parler de la pression de sortir de là le plus rapidement possible.

 

Mais regardons de plus près les mots employés :

Lire la suite Lire la suite

Se poser les bonnes questions pour trouver les bonnes réponses

Se poser les bonnes questions pour trouver les bonnes réponses

 

Récemment mon fils, qui passe le bac français cette année, m’a sollicitée pour l’aider à commenter un texte. Il s’agissait d’analyser l’extrait d’un livre, en répondant à la problématique que lui-même devait et avait choisi de poser.
Au bout de dix minutes de lecture et relecture du texte, je l’ai regardé en me disant « je suis bien contente de ne plus être à ta place », mais le lui dire ne l’aurait pas aidé plus… Généralement à l’aise avec les mots, je lui avouais avoir du mal moi aussi à trouver des pistes à lui proposer.
« Et si la question était tout simplement mal posée ? Et si c’était pour ça que tu ne trouvais rien à écrire ? » , lui suggérai-je.

Lire la suite Lire la suite