Ce qui m’anime

Ce qui m’anime


wp_20160702_17_40_14_pro-copie-copie

 

Les perspectives :

Dans tous les sens du terme !

Dotée d’une grande curiosité d’esprit, je suis très sensible à la beauté des paysages naturels. J’ai toujours envie d’aller de l’avant, d’aller voir quelle vue s’offre derrière cette colline et au bout de ce chemin… De la même manière, à la recherche de la sensibilité humaine, j’aime aller à la rencontre des autres,  entendre leurs points de vue différents et leur interprétation des choses. Contrairement aux idées reçues, je trouve que cette ouverture permet de se définir soi-même d’autant plus.

Cela m’a amenée à vivre plusieurs années à l’étrangjeune-vieilleer et au contact de nombreuses nationalités. J’ai appris donc à multiplier les regards que l’on peut porter sur une même situation. Riche de cette expérience d’ouverture des possibles, j’ai profondément à cœur de susciter des perspectives dans la vie des gens. Je repère assez vite les talents et les ressources de chacun, plus ou moins bien cachés, que je me plais à mettre en avant.

 

Les chemins :

J’adore les chemins. J’ai un immense plaisir à les parcourir au sens propre comme au figuré. Grande amatrice de trail, j’ai la chance de vivre dans une région aux paysages somptueux et très divers, et les chemins sont pour moi une grande source d’inspiration, y compris professionnelle. 🙂

C’est pourquoi je trouve les parcours des gens fascinants. Tels ces chemins de randonnée que j’affectionne, certains sont lisses, verdoyants, d’autres chaotiques, plus tortueux ou accidentés, jamais identiques.

Toujours à l’image de leur propriétaire, ils regorgent de richesses et rassemblent de manière chemin-largeunique ce qui fait la spécificité d’une personne : on y trouve ses caractéristiques personnelles, ses ambitions, ses centres d’intérêt, ses valeurs, les moteurs de sa vie… bref le reflet d’une mosaïque unique, que j’ai plaisir à révéler.

Comme certains défenseurs des espèces en voie de disparition de la faune et la flore, il me semble primordial de préserver et d’encourager l’expression de la diversité humaine.

 

Le langage :

Vous ne serez alors pas étonnés d’apprendre que je suis aussi passionnée par tout ce qui se rapporte au langage et à l’expression.

Française, d’origine italo-occitane, mariée à un allemand, je parle et comprends plusieurs langues, que j’apprends toujours pour le plaisir des mots et la musicalité des sons, du sens différent qu’on leur donne d’une culture à l’autre, et surtout, en véritables outils de rencontre, pour l’accès qu’elles permettent à la sensibilité de l’autre.

Dans mon travail, je m’efforce d’apprendre le langage de mon interlocuteur, c’est-à-dire de comprendre le sens qu’il donne aux mots, aux phrases, pour mieux mettre en évidence sa manière de penser et d’envisager le monde. Là se trouvent freins et leviersCarte du monde

Comprendre le langage de l’autre rend aussi possible la rencontre, la vraie rencontre, celle qui est juste pour les différents protagonistes, celle qui permet de mieux se connaître, de découvrir et mieux respecter la différence, de s’enrichir humainement. J’aime permettre cela.

 

La musique : 

Enfin, dans une logique similaire, la musique a une place de choix dans ma vie.
J’ai redécouvert le violon il y a quelques années, instrument pratiqué dans mon enfance, avec une toute autre approche. Celle du plaisir ! Le violon, c’est un travail d’orfèvre. Contrairement à d’autres instruments où le son existe déjà par le biais de touches ou de cases bien définies par exemple, il s’agit ici de créer le son, son propre son.
Il s’agit de trouver la bonne posture, ici au millimètre près, de se faire confiance et d’exprimer son interprétation. C’est un instrument fabuleux pour cela. Beaucoup de similitudes dans le travail que je vous propose…

violon pour sensibilitéCarmen cigarières

Sur le même plan, la voix est l’instrument que je préfère, car chaque timbre a sa couleur unique et bien particulière qui trahit forcément la sensibilité de l’interprète.  Chanter demande une grande implication personnelle puisque le musicien est ici lui-même son instrument avec tout son corps et toute son âme.

Je fais moi-même un travail approfondi sur la voix chantée et lyrique en particulier depuis longtemps. Libérer sa voix est souvent un travail minutieux et patient, facilité par une relation de confiance avec son professeur. J’y vois un réel parallèle dans mon travail autour de l’expression de la vocation de chacun, qui ne demande qu’à se libérer d’ailleurs, l’harmonisation de sa spécificité avec celle des autres, comme dans une chorale à plusieurs voix, et le fait justement de devenir acteur de sa propre voie.

Imaginez que chacun ose exprimer et faire vivre la « voie » qui vibre en lui…

 

Voir aussi :

Ma vision
Mon métier
Mon parcours

[Retour à Votre coach professionnelle]